Mashup French Touch été 2018 - Mash Up Film Festival
1706
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-1706,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Mashup French Touch été 2018

Programmations renouvelées, Thématique 2018
mashup-film-festival
Au début des années 90, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo commencent à assembler grâce à leur ordinateur des bouts de musiques pris à d’autres depuis leur petit appartement francilien. Ils deviendront mondialement connu sous le nom de Daft Punk, fer de  lance du mouvement musical qu’on a appelé la French Touch. Aujourd’hui, la même chose est en train de se passer dans les images animées. Si le terme mashup nous vient des Etats-Unis, les mashupeurs français n’ont rien à envier à leurs homologues transatlantiques. Car le mashup est un cinema povera – la créativité y compte infiniment plus que les moyens financiers – qui se construit sur une profonde cinéphilie. Voici donc une sélection de films de cinéastes mashupeurs français qui comptent aujourd’hui.

 

 UNE PROGRAMMATION DE 48 mn

 

300, VinzA (1’43)
L’art de faire passer des vessies pour des lanternes. Et si dans cette manipulation de montage, il y avait davantage de vrai que dans le film original ?

 

Far Alamo,  Fabrice Mathieu (5’16)
Les cafards attaquent le fort !

 

The Beach Boys shred I get around de Massbetelnut 2’
Ça va piquer dans vos oreilles mais, dans le monde du shred, certaines vérités sont dures à entendre.

 

La malédiction des bronzés, d’Antonio Maria Da Silva (15’)   
Les bronzés choppent les boules et ça fiche la trouille.

 

I feel good d’Estelle Roux et David Condaminet (3’)
Walter White est en feu et c’est tout le monde qui chante

 

Munchsferatu, Julien Lahmi (17’)
Nosferatu est connu pour quelques petits excès. Sans crier gare, Munchsferatu se fera bientôt connaître de vous.

 

Black Hole, Zak Spor (2’)
Une femme, un homme et… le diable qui s’emmêle.

 

Macron OSS 117, Monsieur Kwikwaju 2’30